Les règles élémentaires de prudence en matière de cueillette

L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSES) attire l’attention sur les risques liés à la confusion de plantes toxiques avec des plantes comestibles, suite au signalement de 250 cas d’intoxication par confusion alimentaire, dont plusieurs cas graves incluant un décès.

L’ANSES rappelle les règles à respecter pour réaliser une cueillette en toute sécurité et a établi une liste des plantes les plus fréquemment confondues et/ou les plus dangereuses. L’organisme insiste sur le fait que toutes les tranches d’âge sont touchées, notamment les enfants de moins de 6 ans. Les Accueils Collectifs de Mineurs (ACM) sont ainsi directement visés par ces recommandations.

Les confusions fréquentes

Les principales confusions bénignes concernent :

  • les plantes à bulbe confondues avec l’oignon, l’ail ou l’échalote
  • le marron d’Inde confondu avec la châtaigne
  • les coloquintes ou courges amères confondues avec les courges comestibles
  • l’arum confondu avec l’oseille ou l’épinard

En cas de consommation de ces plantes, les symptômes les plus communs sont des troubles digestifs, des douleurs abdominales, des nausées ou des vomissements.

Certaines plantes peuvent toutefois s’avérer plus dangereuses, en provoquant des troubles cardiaques ou neurologiques, pouvant aller jusqu’au décès :

  • la vérâtre confondue avec la gentiane
  • la belladone confondue avec du raisin
  • la digitale confondue avec la consoude

Recommandations pour éviter tout risque d’intoxication

Pour limiter les risques d’intoxication par confusion, l’ANSES et les centres antipoison préconisent :

  • de ne pas consommer la plante ramassée en cas de doute sur son identification
  • de cesser immédiatement de manger si la plante a un goût inhabituel ou désagréable
  • de ne pas cueillir par brassées, pour éviter de cueillir plusieurs espèces et de mélanger des espèces toxiques avec des espèces comestibles
  • de photographier sa cueillette pour en faciliter l’identification en cas d’intoxication

En cas d’urgence vitale (coma, détresse respiratoire…), appeler immédiatement le 15.

En cas d’apparition de troubles de santé après le repas, appeler un centre antipoison.

morgan Bertholom
m.bertholom@jpa.asso.fr