Le Gouvernement se positionne pour lutter contre les effets indésirables de l’exposition à la lumière bleue

Dans une réponse du 23 janvier 2020 à une question qui lui avait été posée par un Sénateur (M. Jean-Noël Guérini) sur la nocivité de l’exposition à la lumière bleue, le Gouvernement a fait part de son engagement dans la mise en œuvre des recommandations de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

L’Anses, se basant sur deux études successives (dont les conclusions ont fait l’objet d’un prédédent article sur JuriACM – ICI), avait retenu un lien de causalité entre une exposition aigüe (moins de 8 heures) ou chronique (plusieurs années) et la survenance d’une « dégénérescence maculaire liée à l’âge » (DMLA).

Le Gouvernement explique que des mesures d’information du public sur cette nocivité vont être mises en œuvre, mais que la mise en œuvre des recommandations de l’Anses nécessite également une action à l’échelle européenne pour aboutir à une évolution des règles applicables.

morgan Bertholom
m.bertholom@jpa.asso.fr