La suspension d’un animateur pour des faits de violence doit être fondée sur des éléments matériels (décision du Tribunal administratif)

Dans le cadre de la formation en vue de l’obtention du brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA), à la suite de son stage pratique lors d’un séjour de vacances, un animateur stagiaire  a fait l’objet d’une décision préfectorale de suspension en urgence de toute fonction…

Pour lire le reste de l’article, vous devez vous abonner à JuriACM
Céline Chagnollaud
c.chagnollaud@jpa.asso.fr