Etat des lieux des métiers de l’animation dans le secteur périscolaire : l’IGESR rend son rapport

La crise sanitaire de la Covid-19 a mis en évidence le rôle positif des accueils périscolaires en matière de continuité éducative, ces accueils ayant largement participé à l’effort de la nation notamment pendant les périodes de confinement. Après avoir établi un état des lieux des accueils de loisirs associés à l’école, la mission d’inspection générale propose 16 recommandations sous le triple aspect des ressources humaines, du modèle économique et de la continuité entre les temps scolaire et périscolaire.

 

Le rapport en bref

La mission a constaté d’importantes difficultés de recrutement, de qualifications et de reconnaissance. Elle a également identifié le besoin d’engager des travaux avec les acteurs concernés sur une qualification professionnelle plus en adéquation avec les spécificités des temps périscolaires. Les diplômes de l’animation volontaire sont en effet souvent insuffisants et les diplômes professionnels existants, notamment le brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) et le certificat professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (CPJEPS), difficilement accessibles. La mission propose que la formation initiale des enseignants intègre une plus large place à la question des accueils périscolaires et de ses acteurs, et que l’offre de formation continue à destination des animateurs soit renforcée.

Concernant les modalités d’organisation, la mission a pu observer une très grande diversité, parfois source de confusion, et recommande une clarification des compétences des différentes collectivités.

Par ailleurs, la succession de dispositifs nationaux constatée ces dernières années a pu générer une certaine hésitation des collectivités territoriales à s’engager durablement en créant des emplois, renvoyant la prise de risque aux associations prestataires, ce qui peut nuire à l’engagement et à la professionnalisation des animateurs. Elle préconise en conséquence une plus grande continuité des politiques publiques et des modalités de conventionnement entre collectivités et associations prestataires plus stables et plus pérennes.

La mission a enfin constaté que la notion de continuité éducative souffre d’une absence de cadrage précis, et estime préférable de recourir à l’expression de “complémentarité éducative” pour désigner la cohérence des temps éducatifs de l’enfant. Elle recommande en ce sens de clarifier les responsabilités des différents acteurs, de systématiser des temps de coordination et de désigner des référents territoriaux.

Morgan Bertholom
m.bertholom@jpa.asso.fr